20 novembre 2014

Haïti : la République du cauchemar

Haïti, au jour le jour, devient un labyrinthe mouvementé. Un pays toujours agité où quiconque oserait s’aventurer sans guide ou sans rêve, risque de se fourvoyer indéfiniment. C’est une évidence. « Vivre en Haïti, c’est mourir lentement. » Je parle ici pour le « bas peuple ou la masse populaire », expression méprisante dans la bouche bourgeoise, mais terriblement idéalisée dans la bouche prolétaire. Vivre en Haïti, c’est aussi être ce petit navire à voiles sur cette mer houleuse, voiles gonflées, déchirées par le vent en furie, fort et cinglant.

La vie, pour la plupart, chez nous, est un tissu d’inquiétudes qui ronge l’esprit d’une jeunesse appelée à diriger le pays. Inquiétudes au sujet de la réussite. Inquiétudes causées par le perdurable marasme politicoéconomique. D’autres parleront bien ici de l’angoisse existentielle. Notre société se résigne comme par un fatalisme foncier à l’idée d’être incapable de résoudre le problème de son fonctionnement, moyennant un « gouvernement-assume-tout ». Cependant, elle se révèle plutôt un navire où tout le monde doit contribuer à la direction du gouvernail. C’est donc la fatalité du quotidien, mythe devant lequel s’inclinent, renoncent ceux qui, dans la société, ont des lumières, de l’aisance et de la conscience, et qui constituent ce que Hippolyte Adolphe Taine, philosophe et historien français du 19e siècle, appelle une petite élite.

Toutefois, il reste indéniable comme le disait Montesquieu, qu’« une société ne saurait subsister sans un gouvernement ». Mais, qu’arrivera-t-il quand ce gouvernement ne joue pas efficacement son rôle ? Ce rôle fondamental qui est de contribuer à l’amélioration des conditions existentielles de son peuple. Ce sera alors le chaos d’ambitions confuses suivi par de véritables convulsions politiques et sociales. Donc, pour maintenir l’unité nationale, l’action du gouvernement doit être aussi dictée par les exigences sociétales, et perçue comme un ensemble d’appels lancés à la conscience de chacun de nous par les personnes qui le représentent. C’est pourquoi il doit s’instituer arbitre impartial entre ses ambitions et l’intérêt général. C’est dommage que nous vivions en Haïti une démocratie suicidaire où chaque couche sociale vit comme bon lui semble, ce qui est dommageable à la nation entière, préjudiciable à la paix et aux progrès.

La masse populaire souffre le martyre. L’épouvantail du chômage s’agite de plus en plus. La misère économique s’accroît avec le temps, mais au gré de l’impérialisme américain. On a presque l’impression que la fierté d’être premier peuple noir indépendant nous est échue par quelque paradoxe de la nature. Cette misère, ne commence-t-elle pas avec l’arrivée des nationalistes au pouvoir en 1930, suite à la destitution du président Louis Borno ? Remontons de mille pas en arrière : le nationalisme haïtien est né de l’occupation américaine. Le nationalisme haïtien a ses racines dans la souffrance des masses, la dépossession, le pillage, les massacres, les matraquages, les incarcérations… Le nationalisme haïtien, écrivait Jacques Roumain, c’est l’exploitation effrontée de l’anti-impérialisme des masses, à des fins particulières, par la bourgeoisie politicienne. Une bourgeoisie qui, pour avoir la sympathie des masses, traitait nos ancêtres comme les va-nu-pieds de 1804… Nos ancêtres qui ont sacrifié leur vie. Cette bourgeoisie a humilié notre race. Cette bourgeoisie qui oppressait impitoyablement la masse populaire en faveur de l’occupant. Cette bourgeoisie a grandement contribué à la désagrégation de l’unité nationale et de notre peuple.

On voit  à quel point de terribles calamités, la famine criante, le désespoir invincible fondent sur le peuple haïtien comme l’Aigle de l’Impérialisme sur sa proie… Haïti a besoin d’espérer.

 

A suivre…

 

Éliphen Jean

Partagez

Commentaires

Osman
Répondre

Un texte fort et conscient. Des MOTS qui témoignent les MAUX d’une société loyalement sacrifiée sur l’autel d’une classe politique fantaisiste. Bravo frangin, car il n’est pas toujours facile de trouver les justes phrases pour parler d’un mal aussi endémique que ce que nous vivons en Haïti.
Bonne continuité. A bientôt.

Eliphen Jean
Répondre

Merci Osman...Nous devons écrire pour interpeller les consciences.

Dandy Perrie
Répondre

Aussi longtemps qu'ils ne sont pas résolus, surmontés, sublimés, ces défis innombrables qui caractérisent la vie nationale se transmetteront d'une generation à l'autre jusqu'à ce que notre genie de peuple achève, parachève, accomplit l'oeuvre colossalement prodigieux entamée par nos pères fondateurs. Haiti,cette terre mythique qui a vu naître la négritude, endure les affreuses douleurs de l'enfantement de la fraternité salvatrice. Tôt ou tard, nous finirons par apprendre à vivre et à marcher ensemble pour atteindre les cîmes de notre merveilleuse destine.
Félicitations pour ce beau texte frère!

Pierre Anderson
Répondre

très beau texte mon frère, très bonne lecture de notre réalité.

emmalucien
Répondre

Tres beau texte. C'est un plaisir de decouvrir ton blog. Etant haitienne comme toi je peux comprendre les sentiments qui t'animent.

Fofana Baba Idriss
Répondre

Super ton style d'écriture. A bientôt. J'espère qu'on se verra en Haïti à partir du 1er décembre 2014.

MONDESIR Collinx
Répondre

Triste réalité qu'il faut dénoncer. Tu t'es donné une mission et tu l'accomplis à merveille. il nous faut écrire pour interpeller les consciences, réveiller le pays de ce coma généralisé dans lequel il est plongé depuis la nuit des temps. je crois qu'il serait noble que je m'appropie de ta mission sans te l'enveler bien sur.

worlgenson
Répondre

Bravo pour ton effort de réflexion et ta description d'une situation de crise d'ordre sociétal que connait notre pays depuis des lustres. Il faut une conscience nationale, une unité dans la diversité des points de vue pour sortir le pays de son trou.

Eliphen Jean
Répondre

Merci Worlgenson. Il faut interpeller la conscience nationale.